House of Sarthe : François Underwood à terre

fillon

François Fillon a annoncé hier sa convocation chez les juges le 15 mars en vue d’une mise en examen. Il a néanmoins réitéré sa volonté d’aller jusqu’au bout de la campagne présidentielle, tout en attaquant frontalement la Justice et en appelant à un meeting au Trocadéro ce dimanche 5 Mars. Un meeting de tous les risques qui pour beaucoup va s’apparenter à une réunion contre l’Etat de Droit. La goutte d’eau pour de nombreux élus Les Républicains.

Hier déjà, l’ancien candidat à la primaire de droite Bruno Le Maire annonçait se retirer de la campagne de François Fillon, constatant que ce dernier n’avait pas tenu sa parole (il avait promis qu’en cas de mise en examen, il se retirerait). Suivent avec lui un certain nombre de proches, avant que l’UDI ne se fende d’un communiqué pour annoncer la suspension de sa participation à la campagne. Cet après-midi, et en quelques heures, ce sont de très nombreux élus qui ont lâché François Fillon, à commencer par les juppéistes (avec entre autre Edouard Philippe, Christophe Béchu et Benoist Apparu), puis par un certain nombre de sarkozystes. Libération vient d’ailleurs de mettre en place une page qui liste « les lâcheurs de Fillon ». Ils étaient 44 à 17H45.

Tous appellent à une candidature de substitution portée par Alain Juppé. Les manœuvres vont bon train puisqu’un certain nombre d’élus ont envoyé leur parrainage au Conseil Constitutionnel en faveur du maire de Bordeaux. Ainsi, si F. Fillon n’est plus en mesure de se présenter, Alain Juppé pourra battre campagne sans avoir à récupérer dans la panique les précieux 500 parrainages. Chez Emmanuel Macron, l’idée d’une candidature Juppé fait grincer des dents, car cela représente un risque réel de fuite d’électeurs vers cette nouvelle candidature plus soft que celle du gagnant de la primaire de novembre.

François Fillon est devenu complètement autiste aux appels de son camps pour qu’il retire sa candidature. En quête d’un nouveau souffle, il réfléchit à une manière de rebondir avec son noyau dur de soutiens parmi lesquels le sénateur Bruno Retailleau, fidèle parmi les fidèles. C’est la stratégie du chaos qui est pour l’instant choisie, avec tout d’abord un meeting ce soir à Nîmes, qui aura certainement des accents sarkozystes, où les militants présents seront appelés à siffler contre la justice et la police. Ces mêmes corporations que François Fillon voulait réformer pour beaucoup plus de fermeté contre la délinquance.

Seconde étape : le meeting du Trocadéro dimanche. Celui-ci risque de virer au délire populiste tant il ressemble à une manœuvre à peine voilée pour faire barrage aux différentes instructions menées contre le candidat et son épouse. C’est la stratégie de la Justice populaire contre la Justice légale. La menace de faire tomber des têtes au sein de la Justice et de la Police une fois élu. Et cela risque de devenir très dangereux dans un pays déjà mal en point.

Lâché de toute part, François Fillon, tel un Franck Underwood au plus bas de sa popularité, ne peut s’en remettre qu’a lui-même et à sa volonté pour rester candidat. Mais ce délire risque de conduire son camp à sa perte, car il est aujourd’hui incapable de communiquer auprès de l’électorat et donc d’accéder au second tour. Embarqué à toute vitesse dans son bolide, l’ancien pilote automobile François Fillon va tout droit dans le mur. La question est de savoir quand va-t-il s’y écraser ?

Publicités

Une réflexion sur “House of Sarthe : François Underwood à terre

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s